q.copez@copez-avocat.fr 07 49 20 70 49 Lun - Ven 08:30 - 20:00

Quentin Copez
avocat au barreau de Brest

En savoir plus Me contacter

Qui suis-je ?

Quentin Copez, avocat au barreau de Brest

Avocat au Barreau de Brest, j’interviens essentiellement en Droit pénal, en Droit du dommage corporel et en Droit des mineurs.

Je suis titulaire d’un Master 2 en Droit pénal et sciences criminelles ainsi que d’un Diplôme universitaire de Criminologie de l’Université de NANTES.

Je vous accompagne tout au long de vos procédures, vous conseille sur vos droits, puis vous défend devant toutes les juridictions compétentes.

Soucieux d’apporter une défense à tous les justiciables, je fais partie des avocats volontaires pour assurer les permanences de garde à vue et pénales au sein du Barreau de Brest.

Intervenant «des deux côtés de la barre», j’assiste également les victimes d’infractions (violences, blessures involontaires, agression sexuelle, viol, accidents de la route…) tout au long de la procédure et jusqu’à l’indemnisation.

Engagé, je suis membre de l’Association française de droit pénal (AFDP) et de l’Union des Jeunes Avocats (UJA) de Brest

Quelles sont mes activités ?

Vous êtes mis(e) en cause ?

J’interviens à vos côtés dès le début de la procédure (garde à vue, audition libre, déferrement devant le procureur de la République, juge d’instruction, juge des libertés et de la détention).

En cas de jugement, je vous défends devant toutes les juridictions pénales (Tribunal de police, Tribunal Correctionnel, cour d’appel).
J’interviens également si vous êtes convoqué en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) et également en cas d’alternative aux poursuites (composition pénale ou médiation pénale) devant le délégué du procureur de la République.

Et après le jugement ?

J’assiste devant le juge de l’application des peines toute personne condamnée (libre ou détenue) afin de demander une libération conditionnelle, une détention à domicile sous surveillance électronique (DDSE), un placement à l’extérieur ou une semi-liberté.

Pour les courtes peines (inférieures ou égales à 6 mois), il est possible dans certains cas de demander une conversion en jours-amende, TIG, DDSE… .

Je vous défends également devant la commission de discipline pénitentiaire.
Après le jugement, et pour pouvoir exercer certaines professions, il est possible de demander l’exclusion de votre condamnation du bulletin n°2 du casier judiciaire.

Vous êtes victime d’une infraction ?

L’assistance d’un avocat est indispensable afin d’obtenir une juste évaluation de vos préjudices.

Je vous assiste en cas d’expertise et vous défends devant toutes les juridictions (tribunal de police, tribunal correctionnel, juge d’instruction…).

Après le jugement, j’interviens pour obtenir de façon effective votre indemnisation notamment en saisissant la Commission d’indemnisation des victimes d’infractions (CIVI) ou le Service d’aide au recouvrement des victimes d’infractions (SARVI).

Toute personne victime d’un dommage corporel a droit d’obtenir réparation de ses préjudices, qu’ils soient physiques, psychiques, temporaires et/ou permanents.

L’indemnisation de ces préjudices concerne toutes les victimes d’infractions pénales (violences, agression sexuelle, viol…) et d’accidents (accident de la circulation, accident de la vie…).

Il est important d’être assisté d’un Avocat dès la survenance du dommage et tout au long de la procédure qui est souvent longue et complexe (délais de procédures, démarches administratives, expertises médicales...).

Je vous assiste pour préparer votre dossier et vous accompagne tout au long de la procédure, que ce soit au stade de l’expertise, d’un accord transactionnel avec une assurance, ou encore devant les juridictions pénales et civiles.

Une fois que la réparation de vos préjudices est chiffrée, je vous assiste pour obtenir le paiement effectif de votre indemnisation soit auprès d’une assurance, soit en saisissant la Commission d’indemnisation des victimes d’infractions (CIVI) ou le Service d’aide au recouvrement des victimes d’infractions (SARVI).

Si vous avez été victime d’un accident de la route et que l’auteur n’était pas assuré ou n’a pas été identifié, je vous accompagne pour obtenir votre indemnisation auprès du Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages (FGAO).

Parce que le coût d’un Avocat ne doit pas être un obstacle pour obtenir une juste indemnisation, je m’engage, si votre assureur ou l’assureur adverse ne prend pas en charge mes honoraires, à ne vous demander aucune avance financière sans avoir obtenu au préalable une provision ou un règlement en votre faveur.

Mineur mis en cause dans une infraction pénale

Lorsque le mineur a commis une infraction pénale et qu’il est convoqué par la Justice, l’assistance d’un Avocat est obligatoire, aussi bien devant le Juge des enfants que devant le Tribunal pour enfants ou la cour d’assises des mineurs.

Contrairement aux idées reçues, la justice pénale des mineurs n’est pas sans conséquence. Les décisions prononcées peuvent être importantes, l’emprisonnement étant possible pour un mineur.

J’interviens à vos côtés dès le début de la procédure (garde à vue, audition libre) mais également en cas de jugement devant le juge des enfants, le tribunal pour enfants ou la cour d’assises des mineurs.

J’interviens également en cas d’alternatives aux poursuites (mesure évitant un procès), notamment en cas de composition ou de médiation pénale devant le délégué du procureur de la République.

L'assistance éducative

L’ouverture d’une assistance éducative par le juge des enfants concerne les mineurs qui se trouvent en situation de danger ou dont les conditions d'éducation ou de développement sont gravement compromises.

Il est important d’être assisté d’un avocat dès le début de la mesure afin de connaître quelles décisions pourront être prises par le juge (assistance éducative en milieu ouvert, mesure judiciaire d’investigation éducative, placement...) et vous permettre de préparer l’audience.

Une telle mesure n’est pas sans conséquence sur votre enfant et sur votre famille notamment lorsqu’un placement auprès des services éducatifs pourrait être envisagé.

L’assistance d’un avocat permet également de pouvoir prendre connaissance des rapports rédigés par les services éducatifs (aide sociale à l’enfance, udaf, demos) et connaître l’évolution de votre enfant qu’il réside chez vous ou qu’il soit placé.

Combien coûtent mes services ?

Les honoraires sont fixés librement entre l’avocat et client.

Cependant, ils doivent tenir compte de la situation financière du client, de la difficulté de l’affaire, des frais exposés par l’avocat, de sa notoriété et de ses diligences.

Avant toute intervention, une convention d’honoraires est définie en commun. Vous savez ainsi, dès le début du dossier, quel sera pour vous le coût de votre affaire.

Le paiement des honoraires peut être réalisé par chèque, virement bancaire ou espèces. D’un commun accord, un paiement en plusieurs fois pourra être mis en place.

A noter que dans certains cas, l’adversaire pourra être condamné à rembourser tout ou partie des frais d’avocat.

Mes engagements pour une facturation transparente et sur-mesure :

Honoraires forfaitaires

Afin que le client puisse connaître dès le début de l’affaire le coût réel pour son affaire, je propose dans la majorité des cas une rémunération globale fixe dès lors que la durée de la procédure et le travail à accomplir sont prévisibles.

N’hésitez pas à demander votre devis.

Honoraires au temps passé (dès 120 € de l’heure)

Lorsque l’affaire est complexe et qu’il ne peut être déterminé à l’avance le temps nécessaire à y apporter, elle sera facturée au temps passé. Le taux horaire précis sera fixé dès le début de l’affaire par la signature d’une convention d’honoraires.

Honoraires de résultats

Dans certaines affaires, notamment en réparation du dommage corporel, la facturation pourra inclure un pourcentage sur le résultat obtenu ou la perte évitée. Attention, la loi interdit cependant à l’avocat d’être rémunéré sur le seul résultat.

Le pourcentage des honoraires de résultats varie selon la complexité de l’affaire et l’importance des sommes en cause.

Je m’engage à ne demander aucune somme de la part de la victime tant qu’elle n’a pas reçu de fonds en sa faveur (provision ou règlement).

Aide juridictionnelle / Protection juridique

Soucieux d’assurer la défense de tout justiciable, j’accepte d’intervenir à l’aide juridictionnelle permettant ainsi une prise en charge totale ou partielle par l’État de mes honoraires.

Il est également possible, pour certains litiges, que mes honoraires puissent être pris en charge totalement ou partiellement par une garantie protection juridique via l’un de vos contrats d’assurance (habitation, protection juridique, automobile, accident de la vie, responsabilité civile...).